Bâtir son équipe de rêve: l’entrevue parfaite.

Mis à jour : 20 nov. 2020


La plupart des propriétaires de salons pensent à court terme lorsqu'ils cherchent à engager, et je comprends totalement. Il semble y avoir un manque flagrant de main-d’oeuvre dans notre industrie, ce qui nous rend parfois « otage ». On se dit qu’on prendra la personne la « moins pire » ou encore « on va l’essayer, puis au pire... ». On a de la demande à combler, on a besoin d’argent, et tout ça influence nos décisions de façon irrationnelle. En fin de compte, tout est question d'argent, mais lorsque vous embauchez la mauvaise personne, vous perdrez beaucoup d’argent et devrez gérer des situations désagréables. Rien pour renforcer une équipe. Je sais, c’est tentant d'embaucher la fille hyper stylée qui a l’air vraiment cool et qui arrive avec un grand sourire, celle qui promet de se bâtir une clientèle en moins de 2 mois. Mais pitié, prenez votre temps!

Vous risquez de détruire votre équipe existante en embauchant impulsivement et en espérant que tout se passe bien. Laissez-moi vous dire par expérience, ce n'est pas le cas. Mon équipe est ce qu’il ya de plus précieux. Ce sont EUX mes clients. C’est EUX que je veux rendre heureux parce qu’ils voudront plus que tout bien répondre aux clients

du salon s’ils sont heureux chez nous. Je n’ai pas les moyens de détruire mon esprit d’équipe.

Le problème est que beaucoup sont très bons en entrevue, ils nous diront ce que vous voulez entendre, ils vont bien se présenter, dire toutes les bonnes choses, sourire et avoir l'air excités. Un instant, ne vous laissez pas prendre! Respirez profondément. Dites-vous qu’il vaut mieux prendre quelques jours, voire semaines de plus avant d’engager une nouvelle personne pour être (presque) assurés que vous aurez un match!

Commençons par la présentation et le CV. Je m'attends à recevoir un curriculum vitae et une lettre de présentation lorsque quelqu'un postule. J'interviewerai rarement quelqu'un si son CV comporte des fautes d’orthographe (je suis un peu maniaque avec ça...), est adressé à « à qui de droit", est mal formaté ou n'a pas l'air bien présenté. Mon nom n'est pas difficile à trouver. Je trouve que tout cela démontre un souci du détail et une volonté de bien faire les choses. S’ils me demandent où le salon est situé, alors là c’est le comble!

Lorsqu'un CV est vraiment bien fait, je vais planifier l'entrevue. La première impression est impartie, dès que le styliste, l'esthéticienne ou la réceptionniste franchit la porte. Ma réceptionniste me fait savoir s'ils ont souri, comment ils se sont présentés et s'ils jouaient sur leur téléphone portable dans le hall ou s'ils observaient le salon. Si elle travaille chez nous, c’est qu’elle connaît nos valeurs et nos attentes, et je considère donc son avis. Dites-vous qu’ils sont à leur meilleur, ils ne seront jamais mieux qu’à leur entrevue... Moyennement bien habillé, pas trop coiffé, à jouer sur le téléphone en attendant, pour moi, ils veulent un job, pas une carrière dans laquelle ils s'investiront. Je passe!

Quand je viens saluer la personne, je suis souriante et je veux la mettre à l'aise. Je vais lui demander comment a été sa journée jusqu’à maintenant, je vais lui présenter des gens à me rendant à mon bureau ou lui expliquer les aires du salon du même coup. Je veux briser la glace, qu’elle me trouve très gentille... La tension baisse, puis elle se dit que je ne suis peut-être pas aussi intimidante qu’elle s’était imaginée. En fait, je veux que la discussion se déroule simplement et agréablement. Je fais aussi attention au vouvoiement. Bien que je n’exige absolument pas que mon équipe me vouvoie, je trouve que ça en dit long sur le niveau d’aisance de la personne lorsqu’elle me tutoie à notre première rencontre. Je les vouvoie généralement.

Je commence toujours par leur demander de parler un peu d'eux-mêmes. Je veux connaître un peu de leur vie personnelle et professionnelle. Attention, vous ne pouvez pas poser directement des questions sur sa vie personnelle! Mais de dire, "parlez-moi de vous » ouvre la porte à certaines informations volontaires qui vous seront utiles. Même une petite description de 30 secondes me donne vraiment une idée de qui est une personne. J'aime savoir si quelqu'un a de jeunes enfants, je veux pouvoir offrir un horaire adapté à sa réalité si tel est le cas. Dans une interview, il est inapproprié et illégal, de poser des questions sur sa vie personnelle, mais si vous posez des questions correctement, vous constaterez que le processus se déroule très naturellement. Vous ne pouvez poser des questions sur l’âge, le sexe, la religion, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle...

Ensuite viennent les questions sur leur expérience. Je veux savoir ce qu'ils aiment faire et quelles sont leurs forces. Je leur demande leurs valeurs, elles doivent être en harmonie avec les valeurs de ma compagnie. Je leur demande comment ils comptent bâtir leur clientèle et qu’ils me nomment trois trucs qu'ils prévoient utiliser développer leur clientèle dans mon salon. Je veux être sûre que la personne n’attendra pas après moi ou mes réceptionnistes pour retenir les clients. Je veux quelqu'un qui n'est pas timide et qui peut sortir dans la rue, apprendre à se vendre et se faire connaître.

Je leur demande aussi ce qu'il sait de mon salon, de mon équipe et de son rôle. Son intérêt envers MON SALON est important, je veux savoir qu’ils ont envie de faire carrière chez nous, pas qu’ils se cherchent un job. Je veux savoir si cette personne aidera ses collègues de travail, comment elle perçoit son travail avec les assistants... Chez nous, les assistants ne sont pas des esclaves. Je veux quelqu'un qui promet d’offrir le meilleur service à la clientèle possible, d'aider l'équipe, d'aider au nettoyage, d'apprendre continuellement et de développer la clientèle. Pour moi, c'est l'équipe qui importe le plus, ce sont eux qui vivront avec la personne que j’ai choisie. Même dans un salon à location de chaises vous voudrez quelqu’un qui colle à l’équipe et qui participe au succès commun.

Je leur demande de décrire le client de leurs rêves. Quand je dis "comment allez-vous faire pour vous éduquer continuellement et répondre à cette clientèle dont vous rêvez", je dis aussi "l'éducation est importante ici. Êtes-vous déterminé à vous éduquer vous-même". Si dans mon salon nos clients sont plutôt classiques et modernes, dans la quarantaine et que la personne veut une clientèle dans la vingtaine avec des cheveux excentriques , nous ne sommes peut-être pas le bon salon pour elle. Je comprends que nous devons rester ouverts et innovants, absolument. Mais la personne que vous engagez doit être en mesure d’effectuer les services qui sont les plus populaires chez vous. Certains stylistes correspondront plus à votre environnement et d'autres non. Nous devons comprendre cela dans l'interview.

Ensuite vient le moment de vérité. Je suis très transparente sur notre système de fonctionnement. Il est important que le candidat sache que vous dirigez une compagnie sérieuse et structurée dès le début. Je leur fais savoir qu'ils seront évalués mensuellement sur leur performance et leur rendement. Nous mettrons tout en oeuvre pour les aider à se développer selon nos normes et à atteindre les objectifs de leur niveau. Nous soutenons toujours notre équipe... Maintenant, voici la partie difficile... s'ils ne peuvent pas atteindre les objectifs, il viendra un moment où nous serons contraints de les remercier. Il vaut mieux montrer que nous sommes exigeants dès le départ et éliminer ceux qui ne sont pas disposés à y travailler plutôt que d'embaucher quelqu'un et d'expliquer les règles du jeu plus tard. Ce serait assurément un désastre. Un manuel d’employés ou un guide des politiques du salon est essentiel à lire avant l’embauche, puis à faire signer.

Je parle ensuite de mon programme de formation, les avantages, les attentes... Je veux que le candidat pense que mon salon est le plus cool endroit au monde pour travailler. Un styliste nouvellement embauché avec ce genre de sentiment viendra comme un coéquipier heureux, positif et motivé et c'est exactement ce que je recherche.

Ensuite, je demande: "Avez-vous des questions". S'ils disent "non, je pense que vous l'avez couvert", hmmm... Ça m’allume une petite lumière rouge. S'ils disent «que ce passe-t-il quand je suis malade», «est-il possible de travailler à temps partiel à la place», « j’aimerais avoir mes week-ends » ma lumière rouge allume encore. Je sais que la nouvelle génération accorde une grande importance aux congés et je comprends, mais je n’aime pas que quelqu'un dans une interview planifie déjà ses jours de congé. Je préfère des questions portées sur leur développement dans le salon, ça me prouve la valeur de leur carrière à leurs yeux.

Ensuite, je leur explique la prochaine étape qui est généralement de venir faire des modèles ou un essai. Parfois, je leur fais faire une deuxième entrevue avec la gérante ou alors un de mes associés. D’avoir un deuxième avis peut m’aider à prendre une décision. Lorsque possible, je leur fais visiter le salon en leur expliquant les grandes lignes. Puis je leur dis que j’avais d’autres entretiens et que je leur reviendrai dans les 3 prochains jours par exemple (je suis précise sur le délai). Je ne veux pas nécessairement rendre le processus d’embauche si simple que le candidat tienne pour acquis l’emploi. J’ai fait cette erreur plusieurs fois... Parfois ça va quand même parce que vous tombez sur une perle, mais parfois on est si désespérés d’engager quelqu’un qu’on lui fait presque sentir que c’est dans la poche dès son arrivée.

J’embauche toujours une personnalité en premier, c’est qu’il y a de plus important. Lorsqu’une personne semble avoir du coeur, de la volonté et de la détermination à apprendre, je sais que je serai en mesure de la former professionnellement. Quand j’embauche un coiffeur ou une esthéticienne diplômé, je ferai faire un essai pour être en mesure d’évaluer la qualité de leur travail, leur approche, et leurs lacunes s’il y a. Mais pour les débutants, je prends souvent en considération seulement leur personnalité, et je m’engage à les former. Je serai vraiment plus gagnante avec une personne ouverte et motivée à qui je dois apprendre le métier, qu’avec un coiffeur « qui sait tout et qui a tout vu ».

Assurez-vous de développer votre leadership et engagez-vous aujourd'hui à fournir un environnement exceptionnel la réussite de votre équipe et tout le monde sera gagnants: votre entreprise, l’employé et les clients qu’il servira. Bien sûr, le monde n’est pas parfait et ce n’est pas tous les jours qu’une personne vraiment exceptionnelle se présente à nous. Par contre de savoir que la personne veut apprendre, est motivée et ouverte d’esprit, est déjà un très bon indicateur à la réussite commune!

Bon recrutement!


50 vues0 commentaire